Sexualité – Fantasme – Tabous – Mots crus

Sexualité

La sexualité ne se résume pas à l’acte physique. Une vie de couple et sexuelle harmonieuse demande de la complicité. Il faut donc connaître les petits secrets de l’autre. N’hésitez pas à les partager dans votre Cahier de Communication.

Fantasme

Il peut être utile de connaître le type de fantasme de son/sa partenaire. Non pas pour forcement les réaliser, mais pour mieux connaître son univers fantasmagorique. Les fantasmes du ou de la partenaire sont-ils du type déguisements, scénarios, jeux de rôle, soumission et/ou domination soft, lieu public, avec un/une partenaire du même sexe, avec deux partenaires du sexe opposé, etc.

Cela permet par la suite d’orienter certains scénarios dans cette direction. Toutefois il faut veiller à ce qu’un fantasme reste un fantasme. Pour une femme notamment, certains fantasmes ne sont la que pour réveiller l’imagination. Il pourrait être dangereux de vouloir lui faire la surprise d’en réaliser certaine, mais rien n’empêche d’en réaliser d’autre en commençant toujours par les plus anodins, les moins « chauds ».

Par la suite selon le ressenti de la partenaire, au fil des mois, des années, il sera possible d’arriver éventuellement à certains fantasmes plus coquins. Le maitre mot pour la réalisation des fantasmes est la confiance.

Il est dangereux de vouloir réaliser un fantasme particulièrement coquin sans une confiance et une complicité importante.

Pour la réalisation d’un fantasme, tenez compte :

  • de l’ancienneté de votre couple.
  • de l’âge des partenaires.
  • de votre complicité
  • et surtout votre maitrise du fantasme envisagé.

Commencer toujours par un des plus anodins avant de gravir les niveaux.

 Tabou

Il est encore plus indispensable de connaître les tabous de son/sa partenaire. En effet il ne faut jamais forcer son / sa partenaire à réaliser un de ses tabous. Il y a bien sûr des tabous légers et d’autres non négociables. Il ne faut jamais oublier qu’une pratique sexuelle peut sembler anodine voir excitante a quelqu’un et déplacé ou humiliant a quelqu’un d’autre.

Un tabou peut être lié à une mauvaise expérience avec un partenaire précédent. Dans ce cas avec du dialogue du temps et une approche de complicité, le tabou peut se transformer en pratique acceptable, voire appréciée.

Mots crus

La notion de mots crus est personnelle et relative. Dans tous les cas, il faut réserver les mots crus au contexte adéquat. En général il vaut mieux restreindre l’utilisation de mots crus à l’acte physique lui-même. Il vaut également veiller à les utiliser crescendo, en utilisant des mots crus plutôt coquins au début, puis selon la réaction du ou de la partenaire, utiliser des mots de plus en plus explicites. Certains mots crus peuvent ne pas du tout être appréciés ou tolérer par le ou la partenaire. Dans ce cas il faut veiller à ne pas l’utiliser à nouveau par la suite. Il convient de mettre sur liste noire ceux posant problème. Dans tous les cas, hors contexte, dès l’acte sexuel terminé, il est préférable de ne plus utiliser du tout de mots crus. En dehors du contexte les mots crus deviennent vulgaires et n’ont pas du tout le caractère subversif et érotique qu’ils avaient quelques minutes plus tôt.

Conclusion :

Une vie de couple épanouie, cela se joue aussi au lit bien évidemment. Il est donc indispensable de parler, d’aborder les petits secrets de l’autre concernant la sexualité.

Vous devez connaître 1 ou 2 de ses fantasmes.

Parler de ses tabous ne doit pas en être un.

Vous devez utiliser ou pas parfois les mots crus à bon escient.

Inscrivez-vous à notre newsletter, bientôt pour les abonnés, une surprise concernant les fantasmes…

Crédit photos : © konradbak – Fotolia.com